4860 Général Alfred John Gardyne Drummond de Chastelain OC,CMM, CD, CH

1937 -

John de Chastelain, sujet britannique, est né en 1937 à Bucarest, Roumanie. Il a fait ses études en Angleterre et en Écosse, a immigré au Canada en 1955, et s'est joint au Calgary Highlanders comme soldat en janvier 1956. En septembre il a commencé ses études au Collège militaire royal du Canada (CMR) et en 1960 a reçu son diplôme en histoire avec mention. Il a reçu son brevet d'officier au 2ième bataillon du Princess Patricia's Canadian Light Infantry (PPCLI).

John a eu des mutations aux premier et deuxième bataillons du PPCLI, y compris du service comme commandant de compagnie en Allemagne de l'Ouest et à Chypre. En 1962, il a été nommé aide de camp du chef de l'état-major général à Ottawa. Suite à des mutations au Collège d'état-major à Camberly (Angleterre), à Edmonton, Chypre, Calgary et Winnipeg, où il a commandé le 2PPCLI, et un an au Programme biculturel fédéral à l'Université Laval, il est devenu officier supérieur d'état-major du personnel de soutien de la Force régulière pour la Milice du Québec.

À titre de commandant de la BFC Montréal en 1974, le mandat de John consistait à préparer la Base pour les Jeux olympiques de 1976. Après avoir occupé le poste combiné de sous-chef d'état-major du quartier général des Nations Unies et de commandant du contingent canadien à Chypre, il a été promu brigadier-général et nommé commandant du CMR. Après trois ans à ce poste, et avoir fait prêter serment à la première promotion d'élèves-officiers féminins, il a commandé le 4ième Groupe-brigade mécanisé du Canada à Lahr. En 1982, il était directeur général de la doctrine terrestre et des opérations. Un an plus tard, il a été promu major-général et nommé commandant adjoint du commandement de la Force mobile à Saint-Hubert, QC. Lors de sa promotion à lieutenant-général, il est retourné à Ottawa d'abord comme sous-ministre adjoint au personnel et ensuite comme vice-chef d'état-major de la Défense.

En 1989, John a été promu général et nommé chef d'état-major de la Défense (CEMD). Pendant qu'il occupait ce poste, la guerre froide s'est terminée, la crise d'Oka et la Première Guerre du Golfe eurent lieu, des coupures au budget de la Défense ont réduit le déficit national, les troupes postées en Allemagne ont été retirées et les engagements opérationnels en Yougoslavie et ailleurs ont augmenté. En 1993, John est devenu le dix-huitième ambassadeur du Canada aux États-Unis. Il est entré en fonction la veille du remplacement du président George Bush par le président Clinton. Lorsque le premier ministre (PM) Mulroney a démissionné, le nouveau PM a choisi son propre ambassadeur auprès des États-Unis et a demandé à John de retourner au poste de CEMD.

En 1995, John a accepté un mandat de deux mois des gouvernements britannique et irlandais pour se joindre à une commission internationale de trois personnes pour examiner la question des armes paramilitaires en Irlande du Nord. Par la suite il s'est retiré des Forces canadiennes et, depuis 1996, il a travaillé avec des organismes internationaux sur le processus de paix en Irlande du Nord, au début comme président international indépendant des pourparlers multipartites de l'Irlande du Nord, qui ont mené à l'Accord du Vendredi saint d'avril 1998, et depuis septembre 1997, comme président de la Commission internationale indépendante sur le démantèlement. À l'automne 2005, après de nombreuses années, John a réussi la mission apparemment impossible d'obtenir que l'Armée républicaine irlandaise démantèle ses armes. Ce succès lui a valu une recommandation au Prix Nobel de la paix.

Depuis qu'il est à la retraite, John a participé comme premier conseiller à l'initiative de l'Université de Windsor sur la Vieille ville de Jérusalem, et a été un des représentants du Canada au Forum des fédérations (dont le Canada est la nation de tête). Il a aussi été membre du conseil d'administration de l'Association canadienne pour les Nations unies, membre d'un comité international d'experts pour conseiller le gouvernement du Mexique en matière de sécurité, vice-président et membre du conseil d'administration de l'Institut de la Conférence des associations de la Défense, et membre du conseil des gouverneurs de Commissionnaires Canada.

John est officier de l'Ordre du Canada, commandeur de l'Ordre du mérite militaire, Companion of Honour (Royaume-Uni), commandeur de l'Ordre de Saint-Jean, commandeur de la Legion of Merit (É-U). Il a aussi reçu la médaille de Mérite et d'Honneur de la Grèce et en 1992, le Prix Vimy. Il a reçu des doctorats honorifiques de six universités canadiennes et il est Fellow honoraire du Collège Lady Margaret Hall à Oxford. Il a été président de l'Association de tir Dominion du Canada, vice-président de la National Rifle Association (Royaume-Uni), vice-président national de Scouts Canada et colonel du régiment du PPCLI.

Inscription sur plaque :

Officier d'infanterie, commandant du CMR, chef d'état-major de la Défense, homme d'État célèbre, négociateur de paix international, cornemuseur

Date de modification