Nouvelles et événements du Département de Physique et de Sciences spatiales

Physique et les sciences spatiales dans les médias

2016-10-12

Des étoiles magnétiques : source des trous noirs de masse stellaire « lourds » détectés par LIGO?

Assistant de recherche du CMR (et candidat doctoral à l’Université Queen's) Zsolt Keszthelyi, en collaboration avec Professeur de physique et de sciences spatiales Gregg Wade et un équipe internationale de collaborateurs, viennent de proposer un nouveau mécanisme - des champs magnétiques aux surfaces des étoiles chaudes - conduisant à la formation des trous noirs de masse stellaire « lourds » comme détectée par la collaboration LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) dans la source GW150914. Leurs résultats ont récemment été présentés dans la presse populaire. (anglais seulement)

Lancement du récepteur de signaux de surveillance dépendante et automatique

Le Collège militaire royal du Canada prend les devants en matière de recherche sur la poursuite d’aéronefs à partir de l’espace. La réception de signaux de surveillance dépendante et automatique en mode diffusion par les satellites en orbite terrestre basse permettra la surveillance des aéronefs au sein des régions ne pouvant être couvertes par les radars au sol, notamment au-dessus des océans et dans l’arctique. Un récepteur de signaux de surveillance dépendante et automatique en mode diffusion développé au CMR sera intégré au nanosatellite CanX-7 (10 × 10 × 30 cm, 3.5 kg) afin de démontrer la faisabilité (démonstration de technologie) de contrôle du traffic aérien à partir de l’espace. Le lancement est prévu pour 2016. En savoir plus dans l'article « Tracking Planes Over the Ocean Is About to Get Easier » (anglais seulement)

COM DEV CMR UTIAS/SFL RDDC-Ottawa CRSNG - la Canadian Advanced Nanosatellite eXperiment

Lire l'article CanX-7 dans le Kingston Whig-Standard

2016-10-11

Lire l'article « RMC helps put satellite into space » dans le Kingston Whig-Standard

RMC helps put satellite into space (anglais seulement)

par Steph Crosier, Kingston Whig-Standard

CanX-7 avec la voile déployée

Satellite CanX-7

2016-09-27

La réception de signaux ADS-B (surveillance dépendante automatique en mode diffusion) par des satellites en orbite terrestre basse permettra la surveillance d'aéronefs opérant dans les régions dépourvues de couverture radar, telles que dans les zones arctiques et océaniques.

Le 26 septembre 2016, le nanosatellite CanX-7 (10 × 10 × 34 cm, 3.5 kg), portant un récepteur ADS-B du CMR, fut mis en orbite héliosynchrone à une altitude de 690 km.

L'objectif est de démontrer la faisabilité du contrôle aérien depuis l'espace.

Le satellite ferra également l'essai d'une voile déployable de 4 m2 (servant à augmenter la traînée atmosphérique) permettant une désorbitation accélérée. Le récepteur ADS-B sera testé pendant une période de six mois après laquelle la voile sera déployée.

Pour plus d'information, s'il vous plaît visitez: Space Flight Laboratory (anglais seulment).

CanX-7 nanosatellite
CanX-7 avec la voile déployée
 
 
Lles données de CanX-7 ADS-B montrant des avions sur l'Atlantique Nord, le 28 septembre 2016 (carte ©2016 Google, les données © Gouvernement du Canada)

Pages